CONTACT
  • CLINIQUE VÉTÉRINAIRE DES TERMES
    ZA DES TERMES RD 908
    13 124 PEYPIN
  • 04 42 62 14 96

HORAIRES
DU LUNDI AU VENDREDI
matin : 9h à 12h30
après-midi : 14h à 19h

SAMEDI
9h à 16h sans interruption

APPEL D'URGENCE
les urgences sont assurées les DIMANCHES, NUITS ET JOURS FÉRIÉS sur appel téléphonique au :
04 42 62 14 96
Nous suivre sur Facebook
Les Conseils

LE DIABÈTE SUCRÉ DU CHIEN ET DU CHAT

EDITO
Dr Vétérinaire Marc VEILLY
Le diabète sucré est une maladie grave qui peut entraîner la mort de votre animal, s'il n'est pas pris en charge de manière précoce et attentive. Il est donc essentiel de connaître les symptômes pouvant vous faire suspecter un diabète chez votre chien ou votre chat et de consulter un vétérinaire dès leur apparition. En effet, plus tôt le diagnostic sera établi, plus grandes seront les chances de réussite du traitement mis en place.


De nombreuses maladies se traduisent par une forte augmentation de la consommation d'eau et de la diurèse (c'est ce que l'on appelle le syndrome polyuro-polydipsique). En effet, la consommation quotidienne moyenne d'eau chez le chat et le chien est comprise entre 40ml et 80ml d'eau par kg, selon qu'ils consomment des aliments en conserve (boîtes, sachets, barquettes) ou des aliments secs. La diurée est de l'ordre de 25ml à 50ml par kg et par jour chez le chien, et de 20ml à 30ml par kg et par jour chez le chat. Parmi les maladies se traduisant par un syndrome polyuropolidipsique, le diabète sucré est assez fréquent. Il correspond à un état d'hyperglycémie chronique due à un déficit de la secretion d'insuline par certaines cellules du pancréas ou à un défaut d'activité de l'insuline secrétée en quantité normale ou même excessive. Cette maladie métabolique existe aussi bien chez le chien que chez le chat mais les symptômes sont nettement plus évidents dans la première espèce.

Symptômes du diabète sucré
Parmi les symptômes pouvant être observés par les propriétaires, le syndrome polyuro-polydipsique est constant dans l'espèce canine mais présent dans seulement 75 % des cas dans l'espèce féline. L'augmentation de l'appétit, très fréquente chez le chien, n'intervient que dans 18 % des cas environ chez le chat et dans cette espèce, le diabète entraîne parfois manque d'appétit, abattement, vomissements et diarrhée. Il faut noter que l'obésité est un facteur de risque pour le diabète dans les 2 espèces car elle favorise la résistance à l'insuline et donc l'installation de la maladie. En revanche, lors de diabète confirmé, on peut observer un amaigrissement rapide des chiens et des chats qui témoigne de l'aggravation de la maladie, associée le plus souvent à la présence de corps cétoniques dans les urines (acido-cétose diabétique). En raison de l'hyperglycémie chronique, on observe la présence de sucre dans les urines (glycosurie). De nombreuses complications peuvent intervenir ensuite:
è la cataracte (opacification du cristallin) qui est assez fréquente dans l'espèce canine et rare dans l'espèce féline.
è une anomalie de la locomotion conséquence de l'atteinte des nerfs périphériques chez le chat
è Dans les 2 espèces, le métabolisme lipidique est perturbé avec augmentation des graisses du sang (cholestérol, triglycérides) et une surcharge graisseuse du foie.
è Enfin, le diabète favorise le développement de foyers infectieux urinaires, respiratoires ou gingivaux. Comme on le voit, le diabète sucré est une maladie grave pouvant entraîner la mort du malade s'il n'est pas pris en charge de manière très attentive.

Diagnostic

Examens
Le vétérinaire qui examine un animal présentant des symptômes évoquant le diabète sucré doit, pour affirmer le diagnostic, mesurer la glycémie à jeun qui sera le plus souvent supérieure à 2,5 g/I démontrer le caractère chronique de cette hyperglycémie par la mise en évidence d'une glycosurie chronique à l'aide de bandelettes réactives ou par la mesure de la concentration dans le sang de protéines (sur lesquelles se fixe le glucose) telles que la fructosamine qui reflète les \ variations de la glycémie dans les 2 semaines précédant le prélèvement.


Prise en charge du patient

Les hypoglycémiants
Il faut souligner d'emblée que les hypoglycémiants oraux – médicaments destinés à faire diminuer le taux de glucose dans le sang - sont inefficaces dans l'espèce canine et très irrégulièrement efficaces dans l'espèce féline. Dans cette espèce, le glipizide peut avoir une efficacité certaine, mais il est impossible de déterminer préalablement les animaux qui répondront au traitement. Très souvent, le résultat sera décevant et, finalement, le recours à l'insuline sera nécessaire.


L'insulinothérapie
L'insulinothérapie vise à compléter ou à se substituer à
la sécrétion physiologique pancréatique.

Contrôle de la réponse à l'insuline

Examen clinique
Huit à dix jours après la prise en charge initiale, l'animal sera présenté à nouveau au vétérinaire pour un examen clinique dont le but est d'évaluer l'efficacité du traitement (état général, appétit, poids, état d'hydratation, consommation d'eau) et rechercher d'éventuels symptômes d'hypoglycémie (vomissements, baisse d'activité, signes nerveux tels que faiblesse, tremblements, syncopes, convulsions).


Prélèvements de sang
La réalisation d'une courbe de glycémie est nécessaire pour apprécier l'efficacité du traitement: moment du début d'activité de l'insuline, délai pour obtenir le pic d'activité (glycémie la plus basse) et la durée d'action de l'insuline, c'est-à-dire la période pendant laquelle la glycémie reste comprise entre 0,8 et 2,5 g/I.


CONCLUSION
Le diagnostic précoce du diabète sucré, l'instauration d'un traitement rationnel, la surveillance au long cours de l'animal par son propriétaire ainsi que le respect strict du protocole thérapeutique (insulinothérapie, alimentation, exercice physique), conditionnent la réussite du traitement.

 

Sources:
Directeur de la publication: Yvette Schmidt - Rédacteur en chef: Dr Marc Veilly
Editeur: Masterfoods - BP7 - 45 550 St-Denis-de-l'Hôtel
Ce dossier a été réalisé en collaboration avec le Syndicat National des Vétérinaires d'Exercice Libéral, le Syndicat des Vétérinaires de la Région Paris-Ile-de-France et l'Association Française des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie.
Réalisation: Créaset - Orléans





< Retour sommaire

Précédent Suivant